La pandémie a-t-elle tué la libido ?

Mars 2020.

Le Québec tombe officiellement en état d’alerte. Le début d’une pandémie mondiale qui nous sombre dans une période colorée d’incertitude et qui nous pousse à nous adapter à un nouveau style de vie, le confinement. Le scénario parfait pour passer du temps en couple. Beaucoup pensaient qu’on assisterait à un « baby-boom » 9 mois plus tard ou simplement à une explosion de la libido au sein des couples. Mais que s’est-il réellement passé ? Les nombreuses règles sanitaires, l’isolement et surtout le stress ont eu raison du désir sexuel de nombreux couples.

Avec les règles sanitaires qui nous incitaient à réduire nos contacts, les célibataires et les partenaires ne vivant pas sous le même toit ont dû trouver des solutions pour maintenir leurs relations et surtout pour éviter tout risque de contamination. En effet, la santé publique proposait d’opter pour la masturbation ou pour le port du masque lors des relations sexuelles avec partenaires, lorsque celles-ci avaient lieu à l’extérieur de leur bulle sociale. Cependant, il a été démontré que le sperme ou les sécrétions vaginales seraient d’un risque extrêmement faible pour la propagation du virus. On parle davantage des contacts avec la bouche, donc les partenaires étaient invités à ne pas s’embrasser lors de leurs ébats sexuels. Cette modification de la sexualité a entrainé un engouement pour les jouets sexuels, donc plusieurs compagnies de l’industrie ont vu leur chiffre d’affaires augmenter. Alors que certains redécouvraient les plaisirs de la sexualité en solitaire, d’autres voyaient le désir sexuel au sein de leur union s’estomper tranquillement.

 

Le célibataire confiné

Lorsque l’on est célibataire, on se protège avant tout des ITSS (infections transmissibles sexuellement et par le sang), mais maintenant, c’est de la Covid-19 dont on se soucie le plus. Les rencontres sur les sites Internet ou applications mobiles sont très populaires, d’autant plus, en pleine pandémie mondiale. Cependant, après un certain temps, il peut être difficile d’évoluer dans la relation avec la personne en maintenant le contact que derrière son écran. Le besoin de rencontrer physiquement la personne se fait donc sentir, mais il faut tout de même rester à deux mètres de distance, donc la connexion physique n’est pas réellement possible. Alors, plusieurs célibataires prennent le risque de se rapprocher, par besoin de proximité physique avec autrui. Ce besoin est ressenti de manière intense et devient encore plus urgent lorsque l’on remarque que le confinement ne cesse de s’étendre. Il faut savoir que la santé sexuelle est tout aussi importante que la santé physique et la santé mentale, donc il est normal que certains célibataires choisissent de contourner les règles de distanciations sociales pour pallier leur manque de proximité.

 

Anxiété et libido, un mauvais mélange ?

La peur de contracter le virus ou de contaminer les autres fait maintenant partie du quotidien des individus. Cela peut engendrer des conséquences psychologiques, comme l’anxiété, la dépression, etc. Mais quel est le lien avec la vie sexuelle ? Tout d’abord, l’anxiété engendre une activation du système sympathique, que l’on peut comparer à l’expression « fight or flight » qui met notre corps en alerte. De l’autre côté, l’excitation sexuelle a besoin d’une activation du système parasympathique qui lui, met notre corps dans un état de détente. Donc, on comprend que les deux systèmes sont totalement à l’opposé et que l’anxiété peut affecter les différentes étapes de la réponse sexuelle. Pour pouvoir atteindre l’orgasme, il faut être dans un état de tranquillité d’esprit pour que le corps puisse se laisser aller complètement. En somme, prendre soin de sa santé mentale, c’est aussi prendre soin de sa santé sexuelle. Si le cerveau n’y est pas, le corps n’y est pas non plus !

 

Et les couples dans tout cela ?

Il faut s’ennuyer pour se retrouver. Oui, vous avez bien lu. Être trop souvent avec son/sa partenaire peut faire diminuer le désir sexuel. Lorsque l’on est habitué de partir le matin pour aller travailler, l’excitation peut se créer au courant de la journée et donner place au désir sexuel lorsque l’on se retrouve le soir. Cependant, en confinement et avec le travail à la maison, cette attente de retrouver l’autre est mise sur pause, car nous sommes 100 % du temps ou presque avec notre partenaire. Ce manque d’excitation de retrouver l’autre peut engendrer des tensions, des conflits et de l’ennui au sein de la relation. La difficulté de vivre de nouvelles expériences et les sujets de conversation qui sont donc limités par le fait même peut peser lourd sur certains couples. De plus, être tout le temps ensemble peut nous faire réaliser certaines choses qui nous échappaient auparavant. Plusieurs couples vont remarquer qu’ils se tapent sur les nerfs, qu’ils ont peu de points communs ou même que les défauts de son/sa partenaire qui autrefois ne dérangeaient pas deviennent envahissants. Toutes ces raisons ont un impact sur le désir sexuel dans une relation de couple.

 

Comment s’en sortir ?

Il est important d’essayer de garder contact avec notre famille et nos amis, que ce soit par des conversations en ligne ou en personne, mais tout en suivant les règles sanitaires applicables à sa région. Un esprit sain, dans un corps sain ! Le meilleur conseil est de continuer de nourrir la bulle de plaisir dans son couple. Que ce soit par de petites attentions, l’instauration des jouets sexuels dans la chambre à coucher ou simplement de prendre un moment de détente en amoureux. Même si nous sommes confinés, il faut savoir faire la distinction entre le travail et la vie de couple. Les fluctuations de désir sexuel sont totalement normales, que ce soit en période de confinement ou non. Il faut simplement se questionner sur l’intérêt que l’on porte à la sexualité. Est-ce que le désir est disparu ? A-t-il diminué ? Si la réponse est oui, à vous de voir si cela convient à votre relation et ce que vous pouvez instaurer ensemble pour le retrouver si tel est l’objectif. Chaque couple vit le confinement d’une manière différente, mais pour passer au travers cette période particulièrement maussade, il faut continuer de communiquer nos désirs et nos manques à notre partenaire.

 

Enfin, on remarque une belle différence entre les célibataires et les couples. D’un côté, les célibataires ont besoin de connexion physique tandis que de l’autre côté, les couples ont besoin de s’ennuyer pour se retrouver, car ils sont trop souvent ensemble. Dans les deux cas, le confinement ne fait pas le bonheur de tous et même si c’est une période difficile à traverser, il est important de faire tout en son pouvoir pour se garder en santé, que ce soit au niveau physique, mental ou sexuel.

Un esprit sain dans un corps sain!

 

étudiante sexologie

Rédactrice d’article sur notre blogue lesexologue

 

 

– Audrey Labelle

Étudiante au Baccalauréat en sexologie

 

Étudiante au baccalauréat en sexologie. Elle écrit des articles pour le blogue du site sur la sexualité et les relations amoureuses. Student studying for a bachelor's in sexology. She write articles for our blog on the website concerning sexuality and relationships.